HAND & CO Vivez le handball en notre compagnie !
Adresse
Téléphone

France - allemagne : Narcisse propulse les bleus en finale !

Ça y est, les experts sont en finale. Ils auront l’occasion dimanche de réaliser le triplé olympique, ce qui n’a jamais été fait dans l’histoire du handball. Mais pour avoir la chance d’écrire l’histoire, il fallait d’abord battre une solide équipe d’Allemagne championne d’Europe en titre. Si la partie a été en partie maîtrisée, un relâchement dans les dernières minutes à fait craindre le pire mais c'est Daniel Narcisse qui endosse ce soir le costume de héros avec un tir au buzzer complètement en désaxé. Récit d’une rencontre pleine de suspense.
 
Comme toujours, Claude Onesta surprend tout le monde et pour déstabiliser l’Allemagne, il choisit de sortir Cédric Sorhaindo et laisse donc Luka Karabatic en attaque tandis que Ludovic Fabregas est titulaire en défense. Le match commence bien avec un jet de 7 M transformé par Michaël Guigou mais dans la foulée, Adrien Dipanda écope 2 minutes après une mauvaise défense. Gensheimer marque dans un but orphelin de son gardien (à cause des nouvelles règles) mais c'est la France qui mène 4-2 grâce à un tir difficile de Nikola Karabatic. En fin stratège, Onesta avait fait sortir Thierry Omeyer lors du quart de finale ce qui a pour effet de le galvaniser dans les cages. Daniel Narcisse marque un but depuis les étoiles et les gardiens allemands ne font aucun arrêt. En effet, à la 15 ème minute, les français affichaient un parfait 10-10 au tir ce qui signifie 100% de réussite. C'est grâce à cette attaque de feu et une bonne défense que les bleus prennent l’avantage 10-6. Omeyer est bon avec 40% d’arrêts mais cela ne l’empêche pas d’encaisser un lob et un superbe chabala de la part de Gensheimer sur penalty. C'est grâce à lui que l’Allemagne arrive à survivre pour être seulement distancée de 3 buts à la pause : 16-13.
 
La deuxième mi temps commence fort pour la France qui mène assez rapidement 20-15. Valentin Porte se retrouve au sol après un contact violent avec Vincek qui prend 2 minutes. C'est le deuxième défenseur allemand étant sous la menace d’un carte rouge pour avoir récolté déjà 2 fois 2 minutes.  Pour pallier à cette infériorité numérique, les allemands échangent leur gardien contre un joueur de champ ce qui permet à Thierry Omeyer de marquer depuis son but. La défense française est bien en place mais elle manque parfois d’attention en fin de possession en encaissant des tirs lointains. Nikola Karabatic glisse sur le sol mal essuyé et Gensheimer en profite pour marquer très facilement en contre attaque. L’autre homme fort allemand est Kuhn, l’arrière gauche enchaîne les gros shoot pour maintenir son équipe à flot. Narcisse continue son festival tandis que Kentin Mahé inscrit le jet de 7 M pour passer l’avance à 3 buts (27-24). La France entre alors dans une période de panne offensive qui permet à l’Allemagne de revenir à 27-26. A la 28 ème minute, Omeyer réalisé un arrêt qu’on pense alors décisif mais ce n'est pas le cas. La faute à deux pertes de balle consécutives en cherchant Cédric Sorhaindo qui amènent deux buts de Tobias Reichmann en contre attaque. Il reste alors une minute dans le match et après plusieurs tentatives infructueuses pour trouver Daniel Narcisse lancé dans le secteur central, une faute est sifflée. 8 secondes pour marquer et éviter la prolongation. Nikola Karabatic ressort une vieille combinaison du placard pour trouver un Daniel Narcisse excentré du côté droit. Il effectue alors un tir surpuissant dans le coin long qui offre la victoire aux bleus. 
 
Ce tir est une vraie libération pour des bleus qui de l’aveu de Claude Onesta auraient craqués en prolongations. Dimanche, l’Arena Do Futuro sera peut être le théâtre d’un sacre historique pour la dernière olympiade de Claude Onesta. Si les experts jouent à leur niveau, la victoire devrait être accessible mais attention à la fatigue qui touche forcément les corps à cause de l’enchaînement des matchs. Sauf contre performance, les bleus devraient donc entrer dans la légende des jeux olympiques en étant triple tenant du titre.
 
Hand & Co (depuis Rio de Janeiro)