HAND & CO Vivez le handball en notre compagnie !
Adresse
Téléphone

France - Brésil : on est en demi !

Les français se sont imposés sur le score de 34-27 contre le pays hôte dans une salle surchauffée. Le résultat reste cependant trompeur et plus que le contenu, on retiendra la qualification. Les yeux sont maintenant rivés vers une demi finale contre l’Allemagne victorieuse du Qatar. 
 
Bien qu’il ait été très bon lors du dernier match, Claude Onesta décide de sortir Kentin Mahé pour remettre Michaël Guigou, Grébille paie ses récentes contre performances et est relégué sur le banc et enfin Abalo revient à la compétition ce qui décale Valentin Porte arrière. Le match commence bien avec un Kung fu d’Abalo pour Guigou, l’ailier gauche réalise même un départ canon avec 5 des 7 premiers buts de l’équipe de France (dont 2 penaltys). Mais après avoir mené 5-2, les bleus s'écroulent en encaissant de nombreux buts au poste de pivot, notamment sur des rentrées d’ailiers habituellement faciles à contrer. Le Brésil revient alors à 6-6 tandis qu’Omeyer réalise des arrêts. Daniel Narcisse nous gratifie ensuite de son "un contre un" spécial et de 11-11, on passe à 14-11 en faveur des français. Ce petit break permet de reprendre confiance à l’image d’un Luc Abalo totalement enfermé dans le point de corner qui distribue son deuxième Kung fu à Michael Guigou sur l’aile opposée. Mais avec un style de jeu assez atypique composé de possessions très longues, les Brésiliens reviennent au coude à coude à la mi temps : 16-16. Aucune équipe n’a réellement  dominé, le nombre de ballons perdus (4) et le pourcentage de réussite au tir étant similaires. 
 
Sur la première action de la seconde période,  le Brésil prend la tête dans une ambiance indescriptible. Le début de mi temps n’est pas très bon et c’est l’occasion pour Claude Onesta de faire rentrer Vincent Gerard. Les contacts s’intensifient et les arbitres n’infligent pas beaucoup de suspensions temporaires malgré les nombreux contacts au niveau de la gorge. Cédric Sorhaindo se réveille et participe à la création du premier vrai break de la seconde mi temps : 26-22. Bien que les français touchent à de maintes reprises les montants, ils restent devant grâce à la bonne performance de Vincent Gerard. Karabatic se mue en distributeur automatique et délivre de nombreux caviars pour ses coéquipiers et le rouleau compresseur est en marche. Physiquement, le Brésil n’y est plus et la marche semble trop haute pour gagner, il n’y a plus de mouvement en attaque et la défense avancée de dernière minute n’aura servie à rien. Cependant, c’est forts d’une belle prestation et sous les applaudissements du public que les brésiliens quittent la compétition après une défaite 34-27. La difference s'est faite en deuxieme mi temps avec des bleus plus adroits et commettant moins de pertes de balle. Côté français, la victoire s'est obtenue à l’expérience en gérant les temps faibles et les temps forts. Pour autant, il en faudra bien plus pour battre une Allemagne facile victorieuse du Qatar et espérer accrocher une troisième finale Olympique de suite. 
 
Hand & Co depuis Rio de Janeiro