HAND & CO Vivez le handball en notre compagnie !
Adresse
Téléphone

Jérôme Fernandez : "Cette année, je suis beaucoup plus ambitieux"

Meilleur buteur de l’équipe de France et actuel entraineur/joueur à Aix, Jérôme Fernandez nous parle du projet aixois. Ainsi, il évoque son rôle dans les arrivées estivales et nous apprend que le PAUC a été actif cet été. Il parle aussi de son rôle d’entraineur et de son futur. 
L’année dernière, vous avez terminé à la 12ème place du championnat avec Aix, à deux places de la relégation. Quels sont vos objectifs pour cette saison ?
La saison dernière nous avons eu un changement au niveau du staff et les dirigeants m’ont permis de commencer à entrainer l’équipe à partir du mois de novembre donc on a bien travaillé sur la 2ème partie de saison dernière et on a bien avancé au niveau tactique. Si l’on rajoute à ça le bon recrutement de cette saison, cette année je suis beaucoup plus ambitieux. J’ai très envie qu’on aille se mesurer aux meilleures équipes du championnat donc pour moi l’objectif cette saison est de rentrer dans la 1ère partie de tableau, c’est-à-dire autour de la 7ème 6ème place pour pouvoir continuer à progresser puis surtout avoir une équipe très compétitive pour la saison prochaine lorsqu’on rentrera dans notre nouvelle arena.
Concernant le recrutement, il y a eu des arrivées remarquées comme celle de Jordan Camarero ou celle de Sergei Onufryenko, avez-vous joué un rôle pour les convaincre ?
On travaille ensemble avec mon directeur sportif. Par rapport au budget qu’on a et la masse salariale qu’on peut avoir, on cible les meilleurs joueurs qu’on peut essayer de recruter. Une fois qu’on a choisi les postes et les joueurs qui nous intéressent, je les appelle pour essayer de les convaincre de venir dans ce projet qui est nouveau. C’est vrai que pour l’instant, Aix en Provence ça ne fait pas rêver beaucoup de monde donc parfois on essaye de recruter des très bons joueurs mais ils sont un petit peu hésitants à venir. La saison dernière par exemple, on a contacté Vid Kavticnic qui était en fin de contrat avec Montpellier, on a aussi contacté Michaël Guigou. On a essayé de contacter des joueurs de ce niveau-là mais aujourd’hui pour nous ça reste compliqué car même si on a les moyens de les payer et de leur offrir un contrat équivalent à ce qu’ils peuvent avoir dans des grosses équipes comme Montpellier, c’est tout de même difficile sur le plan sportif de rivaliser avec Montpellier. Ce n’est pas évident de les convaincre donc soit on essaye de recruter des jeunes joueurs français en devenir ou soit des étrangers qui sont déjà confirmés comme les 2 égyptiens qu’on a pris ou Sergei Onufryenko. 
Sur le terrain, vous n’effectuez aucun geste parasite pour économiser votre énergie, c’est quelque chose de naturel ou vous travaillez dessus pour perdurer au plus haut niveau ?
Je pense que c’est quelque chose que j’avais naturellement mais ça se travaille avec les années, avec l’expérience. Quand on est jeune, on a beaucoup de réactions parasites, de gestes dans notre motricité qui nous font perdre notre énergie. Mais en comprenant et en apprenant le jeu sur le plan tactique, on apprend à « doser » nos efforts et à jouer beaucoup plus sur l’expérience, sur le changement de rythme. Forcément, les années aident.
Lors des jeux de Rio, vous étiez consultant pour France Télévisions et vous êtes beaucoup intervenu à la radio, une reconversion dans les médias est-elle possible après votre carrière ?
Possible oui, je pense qu’il y a des gens qui seraient intéressés pour travailler avec moi mais ce n’est pas ce qui m’intéresse. J’essaye d’y goûter, de voir si je pourrais éventuellement le faire, mais je suis vraiment passionné de handball et j’ai très envie d’être entraineur. Ma priorité est donc d’apprendre le métier d’entraineur et de devenir un bon entraineur à Aix. Et puis après quand on a des opportunités à côté comme le fait d’aller travailler comme consultant sur les jeux olympiques, je pense que c’est des occasions qu’il ne faut pas rater. Ce n’est pas quelque chose que j’aimerai faire au quotidien ou de manière hebdomadaire parce qu’après c’est assez répétitif. Puis, je pense que j’ai eu la chance d’acquérir énormément de savoir pendant ma carrière de joueur et tout ça j’ai envie de le transmettre aux générations qui arrivent.
En tant qu’entraineur, comprenez-vous la décision de Claude Onesta de se retirer juste avant le Mondial ?
Cela fait déjà plusieurs mois que Claude souhaite passer la main mais il voulait le faire en douceur. Il a commencé la passation avec Didier il y a maintenant 3 ans. Il a estimé que Didier tout seul ne pourrait pas être au maximum de son efficacité donc il avait déjà réfléchi à intégrer un autre ancien joueur dans le staff et il m’avait parlé de Guillaume Gilles il y a quelque temps déjà. Je savais que Guillaume allait arriver dans le staff, c’était donc une question de timing. C’est vrai que les 2 dernières compétitions n’ont pas été les plus abouties donc il a estimé que c’était le meilleur moment pour laisser rentrer Guillaume sur ce prochain cycle olympique et lui prendre un peu de recul mais il reste quand même le patron même s’il ne sera pas sur le bord du terrain.
Vous êtes actuellement entraineur joueur, un poste en sélection nationale pourrait-il vous plaire plus tard ?
Oui bien sûr. Mais, il y a une spécificité en France c’est qu’on ne peut pas être entraineur de club et entraineur de l’équipe nationale française. On peut entrainer une autre sélection, c’est autorisé mais la règle en France interdit d’avoir un club français et la sélection nationale française. Pour moi qui suis aujourd’hui engagé dans le projet aixois, je ne peux pas faire les deux. A partir du moment où j’ai dû faire un choix, et j’ai fait celui d’Aix pour y apprendre le métier d’entraineur, je me suis éliminé de cette possibilité-là. Mais c’est quelque chose que j’ai dans un coin de la tête et j’attends de voir lors des prochaines années comment la sélection va évoluer, quels vont être les résultats et puis on verra. Si l’équipe de France continue à gagner avec ce nouveau staff, je pense que j’aurais passé mon tour. Si jamais la fédération estime qu’il faut changer, je postulerai.
 
Un grand merci au club d'Aix pour la mise en contact avec Jérôme Fernandez. Merci à lui pour sa disponibilité et sa clairvoyance.