HAND & CO Vivez le handball en notre compagnie !
Adresse
Téléphone

Lidl star ligue : le point sur le début de saison !

Alors que nous arrivons au tiers de la saison, le point sur le classement à l’aide de nombreuses statistiques.
Tous justes arrivées dans la Lidl Star Ligue, certaines équipes ont continué sur la lancée de la saison précédente. Ainsi à l’aube de la 8ème journée, les 5 premières places du championnat sont occupées par les mêmes équipes qu’à la fin de la saison précédente. Ces 5 clubs, respectivement Paris, Saint-Raphaël, Nantes, Montpellier et Chambéry ont réussi à conserver leur bonne forme de la saison passée malgré des effectifs remodelés.
Néanmoins, certaines équipes semblent avoir du mal à digérer ce changement de championnat. C’est le cas de Créteil et de Dunkerque, qui perdent 6 places chacun.
Un classement similaire à la saison dernière pour 7 équipes
Plusieurs équipes ont répondu aux attentes en se classant comme la saison passée. C’est le cas des 5 premiers cités précédemment, mais aussi de Toulouse et d’Ivry. Paris pointe à la première place du classement, mais l’écart sur les concurrents n’est pas significatif (seulement 3 points). Cependant, le niveau de jeu affiché est impressionnant tant en D1 qu’en ligue des champions. L’attaque est la meilleure du championnat avec 248 buts marqués (soit plus de 35 buts marqués par match). La défense n’est pas en reste en se classant 3ème du championnat derrière celle de Saint-Raphaël et de Cesson-Rennes après avoir encaissé 185 buts en 7 journée (soit 26 buts par match).
Derrière le club de la capitale, ça se bouscule. 4 clubs sont départagés par 3 points ou moins. Le HBCNantes, Chambéry et Montpellier.  Le HBCNantes a surfé sur une vague de victoires avant de connaitre sa première (et seule) défaite de la saison face à Saint Raphaël. Le groupe de Thierry Anti s’appuie sur un effectif totalement renouvelé : nouvel entraineur adjoint (Alberto Entrerrios), 9 départs dont des joueurs majeurs (Valero Rivera) et 6 arrivées (sans compter la signature de Romain Lagarde). Le collectif va bien et l’équilibre entre une défense rugueuse et une attaque performante a été parfaitement trouvé (3ème attaque et 5ème défense) malgré différentes blessures (comme celles de Nyokas ou Lagarde).
Quant à Saint-Raphaël, ils s’appuient sur l’immuable Raphaël Caucheteux, parfaitement accompagné par le fraichement médaillé d’argent Adrien Di Panda. Le meilleur buteur de l’histoire du championnat français a déjà inscrit 40 buts cette saison, soit presque 6 par match. Mais plus impressionnant que la force de frappe varoise, c’est plutôt leur défense infranchissable. C’est tout simplement la meilleure défense avec seulement 24 buts encaissés par match. La bonne défense collective combinée à la taille de Di Panda (2.02m) et aux arrêts de Mihai Popescu (6ème gardiens au nombre d’arrêts) rend chaque but difficile. Voilà pourquoi l’équipe de Joël Da Silva pointe à la 2nde place du championnat tout en ayant été la première équipe à battre le HBCNantes cette année (toutes compétitions confondues).
Montpellier connait aussi un début de saison réussi, avec 5 victoires pour 2 défaites. Cependant, il va falloir confirmer car l’équipe de Michaël Guigou n’a affronté qu’un seul membre du top 5 pour l’instant (une défaite face à Saint Raphaël). Ainsi, le calendrier s’annonce compliqué avec des affrontements contre Paris, Nantes et Chambéry avant la mi- saison. Il faudra tout de même compter sur la formation de Patrice Canayer pour accrocher une nouvelle place européenne en fin de saison.
Enfin, dernier membre du top 5 : Chambéry. Nouveau logo mais même classement que lors de l’exercice précédent. La formation savoyarde s’appuie sur la nouvelle star de son effectif : Melvyn Richardson. Le fils de l’incroyable Jackson est âgé de seulement 19 ans mais il est déjà 3ème meilleur buteur du championnat. Avec 42 réalisations, il éclabousse le terrain de son talent. Avec de vraies responsabilités cette année, il score 6 buts par match, et il est le seul buteur du top 5 à avoir tiré moins de 15 pénaltys (il n’en a shooté que 3). Il a ainsi établi son record en carrière avec 10 réalisations dans la rencontre de 7ème journée contre Aix. Richardson est aussi le deuxième meilleur passeur de la ligue derrière Nikola Karabatic (vous pouver retrouver notre article sur lui à cette adresse : (http://​www.​hand-​and-​co.​fr/​dossiers-​analyses/​melvyn-​richardson.​html). Il est bien épaulé par son ailier droit, Fahrudin Melic. C’est le duo en forme de ce début de saison, ils sont les deux seuls joueurs d’une même équipe à être présent dans le top 10 des meilleurs buteurs. Dans leur sillage, Chambéry est la 4ème meilleure attaque de D1 avec près de 30 buts par match.
Deux équipes plongent
En effet, Créteil et Dunkerque connaissent un exercice 2016-2017 pour l’instant très difficile. Respectivement 6ème et 7ème la saison passée, ces deux équipes ont perdu 6 places pour n’être plus que 12ème et 13ème. Difficile d’imaginer le champion 2014 connaitre une descente aussi brutale, alors même que l’effectif n’a presque pas bougé.
C’est donc peut être le défaut de leur qualité. La continuité est bénéfique pour créer des automatismes et de la cohésion, mais lorsque l’effectif change trop peu durant une longue période, les équipes se sont adaptées et la recette ne fonctionne plus. Si l’attaque est toujours en berne, dernière cette saison avec à peine 24 buts par match, celle-ci n’a jamais été flamboyante. Ainsi, elle était avant-dernière lors des deux saisons précédentes et même l’année du titre, l’attaque n’était que 11ème. Cependant, ce qui a changé, c’est la défense. Celle qui faisait partie du top 3 des meilleures défenses durant les 3 dernières années, n’est plus que 8ème. Ce n’est donc pas une mauvaise défense, mais l’attaque étant absente, les matchs deviennent difficiles à gagner. 6 équipes ont une pire défense que Dunkerque cette saison, mais elles sont toutes devant au classement. La clé va donc être de redevenir dangereux en attaque, pour ne pas être relégué seulement 3 saisons après le titre de champion de France.
Du côté de Créteil, la baisse de niveau était plus attendue. Le « franchise player » Nedim Remili s’en est allé à Paris et son départ n’a jamais été compensé. Meilleur buteur de son équipe (et 7ème de LNH alors qu’il n’a tiré que 2 jets de 7m dans l’année), il était le joueur par qui passaient tous les ballons. La recrue phare n’était pas un buteur mais un gardien, en la présence de Mickaël Robin. Si celui-ci est très bon avec le 4ème nombre d’arrêts (78), il ne peut altérer les mauvaises performances de son équipe. D’un point de vue statistique, Créteil est la 11ème attaque et la 12ème défense, ce qui résulte à une 12ème place. L’élimination de la coupe EHF sans avoir passé un seul tour a sans doute fait mal au moral des Cristoliens. Il va donc falloir batailler (sans doute jusqu’à la dernière journée) pour éviter d’aller en Pro-Ligue.
Les bonnes surprises         
Elles sont au nombre de deux : Nîmes et Aix. Mais ce sont tout de même des demi-surprises. En effet, les nîmois avaient réalisé une première partie de saison de haut vol l’an dernier avec à la clé une 4èma place, avant de déjouer pour terminer à la 10ème place. Polyvalence est le mot qui définit cette équipe. Une attaque et une défense correctes (8ème et 9ème) qui mènent à un goal average total de +1. La formation nîmoise s’appuie sur un Gudjonsson en mode MVP, actuel leader du classement des buteurs avec 46 réalisations mais aussi 7ème meilleur passeur de la ligue. Attention par contre, l’équipe de Franck Maurice n’a pas encore affronté Paris, Saint-Raphaël ni Chambéry, 3 cadors du championnat.
Pour Aix-en-Provence, la saison dernière fût compliquée. Une 12ème place glanée à cause de nombreuses blessures et le départ du coach durant l’année. Avec Jérôme Fernandez aux manettes (et encore un peu sur le terrain), les aixois démarraient la saison avec de nouvelles attentes comme nous le confiait Jérôme Fernandez : « Cette année, je suis beaucoup plus ambitieux. » C’est plutôt bien parti avec une 8ème place pour l’instant, tout en étant à portée de la 5ème place. Les 4 défaites ne sont pas inquiétantes, toutes infligées par des membres du top 5 (Paris-Nantes-Montpellier-Chambéry). Le dernier gros morceau de la première partie de saison est donc Saint Raphaël. Avec ce calendrier qui semble plus dégagé qu’auparavant, mes aixois peuvent espérer gagner quelques places avant la trêve. Si l’attaque emmenée par le jeune Aymeric Minne (32 buts) est assez bonne (6ème du championnat), la défense est plutôt laxiste : 13ème du championnat avec 31 buts encaissés de moyenne. La marge de progression est donc toute trouvée pour espérer accrocher une place européenne.
Les autres
Pour d’autres clubs comme Cesson, Toulouse ou Ivry, cette saison correspond aux standards de celle passée. La saison est plus difficile pour le promu Sélestat, avec aucune victoire pour 1 match nul et 6 défaites. Le retour en Pro-Ligue s’annonce d’ores et déjà inévitable à moins d’un énorme électrochoc. Rien n’est joué cependant pour l’autre promu, Saran. 1 seule victoire (contre Dunkerque) accompagnée de 3 défaites mais aussi et surtout de … 3 matchs nuls. C’est le record cette saison, dont un score de parité obtenu en ouverture de saison face à Saint-Raphaël. La suite s’annonce difficile avec des matchs contre Montpellier et Paris qui s’annoncent très compliqués, malgré toute la volonté des Saranais.  
 
A noter : les statistiques proviennent du site de la Lidl Star Ligue et datent du 16 novembre.