HAND & CO Vivez le handball en notre compagnie !
Adresse
Téléphone

TRophées des champions : premier titre pour l'ogre parisien

Ce week-end avait lieu le traditionnel trophée des champions. Composé d’un beau plateau avec Nantes, Paris, Saint Raphaël et Montpellier, le tournoi a offert du spectacle. Que ce soit une remontée spectaculaire ou une démonstration de force, tout était présent. 
Paris, champion en titre est venu s’imposer face à Nantes lors de la finale du trophée des champions. Pour s’adjuger cette première récompense de la saison, les parisiens ont dû se défaire de Montpellier en demi-finale.
Cette demi-finale fut rondement menée par les parisiens. Après un départ canon, l’équipe de Nikola Karabatic ne se fera jamais rattraper jusqu’à la mi-temps (17-13) grâce à un Gorazd Skof performant avec 6 arrêts. En deuxième période, le scénario reste le même. Paris mène la danse tandis que le MHB tente de revenir. Plusieurs fois, l’écart se réduit à 2 buts mais le cas échéant, Mikkel Hansen ou Stepancic étaient présents pour remettre les pendules à l’heure. La défense du club de la capitale fût impressionnante tant par son efficacité que par sa propreté (une seule exclusion temporaire). C’est donc une victoire logique sur le score final de 32-27.
L’autre demi-finale opposait le HBCNantes à Saint Raphaël. C’est l’équipe d’Adrien Di Panda qui prend le meilleur départ. Les pertes de balle sont beaucoup trop nombreuses pour le « H » et Saint Raphaël en profite pour se hisser en tête jusqu’à la mi-temps (18-14). La deuxième période commence sous les mêmes auspices mais les coéquipiers d’Adrien Di Panda commencent à faiblir. Nantes revient même à deux buts (22-20) ce qui oblige Joël Da Silva à prendre un temps mort. Celui-ci fait de l’effet et les nantais encaissent un 3-0. C’est alors au tour de Thierry Anti de poser son temps mort. Il remobilise ses troupes. Florian Delecroix inscrit 2 buts à la suite et permet au H de passer un 4-0. Le match est alors relancé. Il reste une minute, le score est à égalité et Saint Raphaël à la possession du ballon. Une mauvaise passe rend celui-ci au « H ». Il reste 13 secondes à jouer et au terme d’une superbe combinaison, O’Brian Nyateu trouve Nicolas Tournat pour inscrire le but de la victoire. C’est un véritable hold-up pour des nantais débordés pendant les 3/4 du match mais qui se sont remobilisés pour arracher cette victoire. La bonne performance de Cyril Dumoulin (9 arrêts en seconde période) n’y est pas pour rien.
Pour les équipes vaincues, la petite finale était l’occasion de travailler avant d’entamer réellement les choses sérieuses. Comme la veille, Saint Raphaël a commencé très fort pour finir sans jus. Nikola Portner a été très solide en première mi-temps (9 arrêts) mais les varois sont tout de même devant à la pause (15-13). Cependant, le réveil des montpelliérains va faire très mal à l’équipe de Joël Da Silva. Sur attaque placée, c’est Vid Kavticnik qui prend les choses en mains avec 8 buts, quant aux contre-attaques c’est Aymen Toumi à l a finition. L’ailier tunisien inscrit notamment 3 buts de rang pour porter son compteur à 6 buts au final. C’est donc une victoire logique des montpelliérains face à des varois encore trop inconstants. Le score final est de 33-27.
Pour la grande finale, le PSG affrontait donc le « H ». Pas avare de surprises, Thierry Anti fait débuter son équipe en 4-2 avec une double strict sur Narcisse et Hansen. Mal lui en a pris car les espaces se trouvent alors pour Luka Karabatic qui se régale à 6 mètres (4 buts en 15 minutes pour l’international français). L’écart est fait (10-4) et le H ne reviendra pas. La faute à un Thierry Omeyer en forme olympique, élu MVP du match avec 19 arrêts. La défense parisienne est hermétique et les internationaux sont déjà tous au top de leur forme. C’est injouable pour des nantais fatigués par leur remontée de la veille, surtout en l’absence du ministre de la défense Rock Feliho. La victoire est logique après une promenade de santé. La victoire 35-26 offre le premier titre de la saison au Paris Saint-Germain. Les parisiens sont déjà en grande forme et s’ils jouent de cette manière toute l’année, ils peuvent prétendre à de grandes choses.